Ouvrir le menu
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Naruto Hentai
Forum interdit aux moins de 18ans.



 

 :: Histoires v1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une petite voleuse à corrigé (PV : Emi Wazumata)

avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 20/04/2015

Fiche Perso
Disponibilité Rp: Disponible
Orientation Sexuelle: Hétéro
Fantasmes:
Suna no Shinobi





Kazuo Keiichi
Suna no Shinobi
Jeu 17 Déc - 22:20
Aujourd'hui, il n'allait pas être question de bruler des choses. C'était dommage mais de toute façon, ce genre de journée était devenue encore plus rare que la neige au milieu du désert. Non, non, personne ne devait être tué, mais au moins, il ne s'agissait pas d'une mission de rang D. C'était une mission de rang C ! Peut-être B qu'on lui avait dit, puisqu'il s'agissait de mettre un terme au agissement d'un voleur en série présumé.
En effet, depuis quelque temps, des plaintes avait été régulièrement déposé concernant des menues larcin et l'affaire était devenue si redondante que l'on avait décidé d'engager un shinobi pour mener l'enquête : Kazuo donc.
Pas le meilleurs choix pour une tâche qui demandait surtout de la reflexion, mais il était un Chuunin, donc considéré comme apte.
N'ayant rien de mieux à se mettre sous la dents, il accepta la mission et essaya d'interroger les victimes tout en glissant quelques mots à quelques personnes nageant dans les eaux les plus boueuses de Suna.

La tâche ne fut pas aisé, mais un coups de chance et une reflexion bienvenue permire à Kazuo de remonter une piste solide et d'obtenir l'adresse d'une soit disant protituée qui avait été en relation avec la plupart des victimes.
Adroitement, Kazuo avait donc escalader la façade du bâtiment abritant sa chambre et c'était introduit chez elle pour fouiller un peu ses affaires. Et là, Bingo !
Il retrouva quelques effets volés, il avait donc vu juste. Il continua donc sa fouille et ne vit pas le temps passer, car il fut interrompu par le bruit d'une porte qui s'ouvre. La voleuse était donc revenue et aussitôt Kazuo se dit qu'il allait lui tendre un piège, il escalada donc un meuble pour ensuite se recroqueviller en équilibre dans un coin du plafond.

Grossièrement caché, il attendit que ne passe la jeune femme pour lui sauter dessus, mais avant l'observer un peu, elle ferait peut-être des actions interessantes, ou le menerait-elle vers une autre cachette vers ce qu'elle avait pu voler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Ven 18 Déc - 8:53
J’ai tenté de prendre l’habitude de ne pas faire long feu, comme avant avec mes maitres, dans un même endroit. Mais je dois encore m’adapter, et pour ce faire, avoir un pied à terre est la meilleure solution. Une chambre, pas trop grande, pas trop petit, pour m’abriter, jusqu’à mon prochain départ. L’autre n’a pas encore choisi que le moment était venu. C’est elle qui en général prend ce genre de décision, car je sui s sans doute trop indécise pour ma part. Je ne suis pas censé prendre les initiative sauf si on m’indique que je peux le faire. Si je suis au courant de certains faits, je ne suis pas au courant de tout, et c’est mieux ainsi pour moi.

J’aurais sans doute honte des agissements, quoique, parfois, je la jalouse un peu d’être aussi libre. Est-ce l’ancienne moi ? Ce que je devrais être ? Parfois, ces questions me donnent presque mal à la tête. En attendant, mon cerveau semble vraiment se scinder en deux, moi, et elle.

Je crois que suis juste sortie aller m’acheter un peu de produits pour me préparer, je suis censé rencontré un client le soir venu, et donc faire entrer de l’argent en travaillant. Lorsque j’entre, je ne sens rien d’étrange. De toute façon, comment pourrais-je vraiment en avoir conscience ? Une fois dedans, je sais que, je me suis réveillée dehors, entrain d’acheter un pain pour manger, avec des produits aussi pour se soir justement. J’avais de l’argent une main, le sac de produit dans l’autre. Je ne me pose pas de question, j'en déduis que c'est pour le client se soir.

Déposant le contenu du sac sur mon lit, e me  penche pour aller sortir une boite de sous le lit. En me penchant, le bas de ma robe, courte déjà de nature, remonte pour dévoiler presque juste l’arrondi du bas de mes fesses. Une fois la boite extraite, je l’ouvre pour y glisser l’argent en trop. A-t’elle travaillé ? Pour en gagner autant, elle a du vraiment bien faire. Un sourire s’étire sur mes lèvres tandis que je referme le couvercle, avant de me pencher encore pour la repousser. Ca, ca reste au chaud, jusqu'àu départ. Ca pourra me permettre de trouver un moyen de transport ou de me faire escorter à la limite. Quoique, ca je peux l’arranger gratuitement. Mon corps est un bon payement, et les hommes ont toujours besoin d’une femme pour réchauffer leurs nuits non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 20/04/2015

Fiche Perso
Disponibilité Rp: Disponible
Orientation Sexuelle: Hétéro
Fantasmes:
Suna no Shinobi





Kazuo Keiichi
Suna no Shinobi
Sam 19 Déc - 22:12
Calmement, Kazuo avait concentré du chakra au bour de ses deux mains et pieds. Il pouvait ainsi se maintenir bien plus facilement en hauteur et essayer de se faire le plus discret possible. Il avait projeter son regard en direction des trois issues possibles : une fenêtre, la porte menant au séjour et une autre menant à la salle de bain. Il se concentra sur la fenêtre et y concentra un peu de chakra du vent pour ensuite voir venir celle qu'il attendait. Il sourit.
On ne lui avait pas dis grand chose sur cette voleuse, juste qu'elle avait des cheveux rouges et qu'elle était plutôt séduisante.

Et effectivement, elle était séduisante.

Patiemment, silencieusement, il attendit, tapi dans son coin avant de la voir extirper une petite boite de sous son lit pour y ajouter de l'argent. Le resultat d'un autre larcin ? Voilà le genre de chose qu'il espérait voir.
Souplement, il se laissa tomber de se cachette et s'avança à pas de loup vers le fessier tendu de la jeune fille pour soudaine passer son bras autour de ses hanche et coller son torse à son dos :

- Je te tiens petite polissonne !

Lui dit-il alors d'une voix joueuse mais menaçante à sa façon. Ses lèvres s'étaient porté à son oreilles pour y sussurrer alors que tout son corps venait se coller coller contre le siens. Hum... ce qu'elle était excitante ? Qu'est-ce qu'il devait faire déjà ? L'arrêter ? La ramener auprès du Kazekage pour qu'il décide de son sort ? Il vallait sans doute mieux l'interroger un peu, lui extorquer quelques aveu :

- On aura été trop gourmande, n'est-ce pas ? Est-ce encore l'argent d'un brave citoyen de Suna que tu viens de ranger dans cette boite ? Tes dettes vont commencer à devenir bien trop élevé pour ton bien, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Dim 20 Déc - 0:35
Je suis vraiment inutile. Je ne comprends pas, pourquoi, depuis qu’elle est apparue, elle ne prend pas le contrôle entièrement. Elle semble s’en sortir mieux que moi. C’est toujours elle qui s’occupe de ramasser davantage d’argent,de nous trouver ou loger, de nous faire changer à temps de coin ou se poser. Là, une fois encore, la boite se remplit par ses sorties, par ses talents. J’ignore encore ce qu’elle fait exactement, meme si parfois je le devine par flash. JE ne veux pas réellement le savoir, ca me suffit comme ca, de juste etre sure d’avoir assez pour vivre seule encore. J’aime bien pouvoir choisir moi-meme les clients, c’est assez amusant dans le fond. Mais la preuve est faite, je ne suis pas assez sur mes gardes. Je n’ai rien vu, rien entendu.

«Kyaaah »

Un cri du cœur, un cri qui est sortit tout seul, dès lors que cette main a glissé sur ma hanche, et que ce corps, ces muscles sont venu se tailler contre mon dos une place. Je n’avais pas le temps de comprendre, de chercher qui ca pouvait bien être. Le son de cette voix, je n’en avais guère souvenir. Ca ne devait pas être une rencontre. Peut-être de l’autre ?  Et il posait des questions que je n’étais pas sur de comprendre.

« Je…Quelles dettes ? Je…Je travaille pour cet argent. »

Enfin, moi oui. Elle pas si sur. Avec le lit juste devant moi en plus, je manque d’espace de mouvement. Néanmoins, je tente de me dégager un peu, gigotant contre son corps, mais avec les genoux dans le lit, je perds un peu équilibre, me rattrapant de mes mains sur le lit, mon joli petit cul venant s’appuyer davantage contre lui. Mais je ne laisse pas cela durer bien longtemps  juste le temps que je me redresse pour venir ensuite tenter de tourner un peu mon visage en sa direction. J’ai envie de savoir qui il est. Il est trop près pour que je distingue vraiment. Je sais deja qu'il est plus grand que moi, je ne peux voir plus que son menton et ses lèvres en tournant juste le visage.

« Lachez-moi… »

Cela étant prononcé plus dans un murmure intimidé, avec l’incompréhension, qu’avec assurance. Pourquoi se trouvait-il chez moi ? Et pourquoi en avait-il après cet argent ? Car il en a parlé, donc ca doit avoir un rapport .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 20/04/2015

Fiche Perso
Disponibilité Rp: Disponible
Orientation Sexuelle: Hétéro
Fantasmes:
Suna no Shinobi





Kazuo Keiichi
Suna no Shinobi
Dim 20 Déc - 1:11
Elle a été surprise. Evidemment. Mais même si la réaction était attendue, elle n'en demeurait pas moins plaisante et Kazuo se sentit encore un peu plus excité. A plus forte raison quand la garce vint presser son fessier contre son bas-ventre. Il était en erection en plus et la sensation le fit se tendre un peu vers elle pour en accentuer le plaisir :

- Tu travailles tu dis ? Et quelle genre de travail exactement ? Et est-ce que tu travailles aussi pour les bijoux et les bibelots ?

De son regard unique, il capta une partie de celui de sa victime. Il en vit assez pour voir sa peur, son incompréhension. Elle paraissait sincère, elle était convaincante, pourtant c'était évident qu'elle mentait. Une sacrée bonne comédienne qui espérait l'amadouer donc, peut-être même que la pression de son fessier contre sa verge n'était pas le fait du hasard.
Il allait lui montrer à cette petite garce.

Fermement donc, il ramena sa main vers son épaule, puis il la poussa de son corps pour la faire monter sur le lit et ensuite la retourner face à lui, sa main allant lui attraper le poignet :

- Inutile de me mentir. Je sais que tu as volé cet argent. J'ai déjà fouillé ta chambre, j'ai déjà retrouvé une partie de ce que tu as volé à tes victimes, ce que tu n'as pas pu vendre encore.

Un sourire carnassier sur le visage, il la fisait de son regard borgne, puis il se pencha tout contre son visage pour lui faire sentir le passage de son souffle sur sa joue :

- S'en est fini de toi maintenant. Alors tu va être une gentille fille, et tu vas venir avec moi pour t'expliquer devant le Kazekage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Dim 20 Déc - 10:07
Là, je ne pouvais nier qu’il pourrait, effectivement avoir un eu raison. Je voulu ouvrir mes lèvres, mais la première fois, aucun sont ne sort. Je travaille pour ma part, mais elle, je ne sais pas trop comment elle s’y prend, et c’est surement mieux ainsi. Pourtant, je ne peux pas laisser entièrement ses questions sans réponses, du moins, je peux fournir les réponses que moi je connais deja.

« Je…Moi je travaille oui. Ca doit être évident pourtant le….travail. Je suis…je…ils payent pour m’avoir. »

Autrement dit, à défaut de n’avoir qu’un maitre fixe, je laisse ceux qui  payent avoir droit de me demander mon corps. Après, c’est moins évident car certains c’est leurs premières fois, et ils ne savent pas comment s’y prendre, et ca me rend nerveuse. L’autre fait sans doute mieux dans de tel cas, et quand je panique trop, parfois elle prend le relais, parfois non. Je n’ai toujours pas compris encore comment cela fonctionne. Je sens mon cœur accélérer dans ma poitrine. Par peur ? Un peu, je ne sais pas à quoi m’attendre avec cet homme, ni ce qu’il compte faire avec moi.

Lorsque sa mai remonta jusqu’à mon épaule, je réprimais un frisson, car bien sur, au vu de la situation un peu spéciale, tendue, c’était…étrange. Mais ensuite, c’est mes lèvres qui laissent un cri, enfin plus un couinement vu ce qui est sortit, alors que je me retrouver le haut du corps allongée sur mon lit. Je n’ai pas le temps de réagir, qu’il me retourne pour me faire face. Le geste permet, au mouvement de mon opulente poitrine, sous ma tenue, de découvrir à son mouvement que je ne pote rien pour la soutenir. Seul ma robe permet de la garder au chaud en fait. Je sens l’incompréhension augmenter, mon cœur battre encore plus rapidement. Etre à la mercie des clients, j’ai l’habitude, ils payent. Là, je ne sais pas comment je dois me comporter.


« Non ! Je n’ai rien à expliquer…je…Je n’ai jamais volé moi. «  


Et insistons bien sur ce moi qui pourrait, si ca n'était pas en double que je vivais dans me tête, ne pas avoir sa place dans cette réponse. Je sens presque les larmes aux yeux. Non, ce n’est pas sa proximité, son corps au-dessus du mien qui me fait peur, ca….c’est plutot…presque excitant en fait. Mais je ne veux pas devoir justifier des vols que je n’ai pas commis. Je travail honnêtement toujours. J’aime ces affaires que l’autre ramène, mais je ne peux pas la mentionner…ca serait me faire prendre pour une folle. J’essaye de bouger un peu, mes jambes s'écartées un peu pour ne pas avoir ses genoux qui pourraient appuyer trop dessus. Mais en remontant un peu les jambes pour appuyer quand meme mes genoux vers ses hanches à lui pour tenter d’imposer la distance encore, le bas de ma robe laisse entrevoir ce joli petit tissus fin en-dessous.

« Je suis innocente de ce dont on m'accuse Monsieur... »

Prononcais-je dans un murmure en levant mon regard vers son visage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 20/04/2015

Fiche Perso
Disponibilité Rp: Disponible
Orientation Sexuelle: Hétéro
Fantasmes:
Suna no Shinobi





Kazuo Keiichi
Suna no Shinobi
Dim 20 Déc - 19:00
Kazuo grogna un peu alors que la jeune femme continuait de tout nier en bloc. Exceptionnel d'ailleurs, comme elle était convaincante, à telle point qu'il en venait presque à douté de sa culpabilité malgré les preuves accablantes.
Est-ce qu'il était vraiment possible que ce ne soit pas elle ? Hé bien, il fallait peut-être qu'il la fasse cogiter un peu, qu'il la mette devant le fait accomplie pour voir comment elle compterait s'en sortir :

- Je sais très bien ce que tu fais comme travail ! Tu es une prostituée ! Mais il ce qu'il y a dans ta précieuse petite boite, ce n'est pas que l'argent que tes clients ont bien voulu te payer. Hmmm ?


Il resta toujours penché contre elle, son corps allant de l'avant pour la faire glisser sur les draps afin qu'il s'installe plus confortablement au dessus d'elle, les genoux contre le rebord du lit :

- La plupart de tes clients sont venus se plaindre de toi. Ils ont remarqué qu'il manquait des choses chez eux et ça, vois-tu ma jolie, ça ne leur a pas fait plaisir.

Il dessina un sourire sur ses lèvres, puis il decida d'accentuer un peu la prise de sa poigne sur son poignet, pendant que son autre main venait se poser plus délicatement contre son ventre :

- Et pourtant, tu continue à dire que tu es innocente, hein ? Soit tu es une menteuse, en plus d'être une voleuse, et dans ce cas tu mérite une punition encore plus sévère, ou alors il y a quelqu'un d'autre que toi qui vient voler tes clients.

Il se pencha alors encore plus pour venir humer son odeur près de sa gorge. Hmmm, ce qu'elle sentait bon... sa main remonta un peu le long de son corps, effleurant sa poitrine. Elle était vraiment excitante, il pourrait tellement s'amuser avec une fille comme elle :

- Mais si c'était une autre... tu aurais quand même ta responsabilité. Car tu profites bien de ce qui a été volé à tes malheureux clients. Dans le meilleurs des cas, tu es complices et donc... quand même coupable.

Il ne pouvait plus voir son regard maintenant, tout penché qu'il était contre sa gorge, son oreille, mais leur corps était si proche ainsi, qu'il pouvait parfaitement deviner chacune de ses réactions, juste en l'écoutant respirer, en écoutant son coeur, en lisant dans les mouvements de son délicieux corps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Lun 21 Déc - 21:38
J’avais presque envie qu’elle vienne prendre ma place, pour s’expliquer, pour arranger ce problème qu’elle nous cause. Je n’ai pas encore mentionné son existence, et lui continue de garder cette proximité sur mon corps, de me maintenir contre mon lit. Je fermais les yeux, juste deux secondes. Oui, j’ai beau avoir l’habitude des hommes, je reste toujours sensible niveau de mon corps. Et là, j’essayais ne pas laisser ma respiration me trahir, il était trop proche, et mon souffle pourrait, en se perdant sur sa peau, se montrer irrégulier, ce qui trahirait mon état de confusion.

J’entre-ouvris mes lèvres, pour rétorquer, mais les mots ne viennent pas. Je ne sais pas comment me justifier en réalité, et c’est finalement une rougeur de gêne qui vient colorer mes joues. Non , je ne vois pas comment faire ca. Je n’ai pas l’habitude d’argumenter avec un homme en plus. Pourtant, mon regard se redresse vers lui, lorsqu’il mentionne une autre. Pourtant, au lieu de venir confirmer que, oui, c’est ca, je me contente d’avoir comme un petit soupir qui m’échappe. Oui, ses doigts sont arrivés vers un de mes seins. Comment aurais-je pu me tenir entièrement de marbre ? Elle aurait sans doute su le montrer au moins, l’indifférence…Moi non.


« Je suis innocente….je…Je ne sais rien faire d’autres que de servir les hommes qui payent pour moi. Je ne suis bonne qu’à les satisfaire. Pas à…Voler.»

Un manque de fluidité dans ma façon de prononcer ma défense…Et pourtant, ce n’était pas de ma faute. J’essayait de me bouger un peu, mais ses doigts sur mon poignet, sa prise ferme, je ne pouvais m’en défaire. Et si je bougeais trop mon visage, mes lèvres venaient effleurer sa peau, vers son épaule, au creux de son cou. Vu que lui se trouve niché contre mon cou avec son visage.

« Vous n’avez…qu’à tout reprendre…ou trouver une solution autre…je…je ne veux pas de problème. »

Et l’autre ne venait pas, elle ne voulait pas prendre ma place ? Je ne comprenais pas, en plus, j’avais l’impression que mon corps avait chaud. Pourtant, à part lui, la température n’a pas de raison d’augmenter dans la pièce. Mon cœur doit surement avoir accélérer légèrement sa cadence, car mon souffle a pris aussi un autre rythme, parfois irrégulier sous les doigts aventureux qu’il promène sur moi. D'un mouvement de trop, mes pieds glissent, mes jambes se retrouvant entièrement allongée, ne gardant plus de distance avec lui comme je tentais de le faire. Etait-ce vraiment un problème ? Je l'ignorais en fin de compte...J'ignorais aussi la facon dont je devrais me comporter...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 20/04/2015

Fiche Perso
Disponibilité Rp: Disponible
Orientation Sexuelle: Hétéro
Fantasmes:
Suna no Shinobi





Kazuo Keiichi
Suna no Shinobi
Lun 21 Déc - 22:14
Elle continuait sur sa lancée, elle n’en démordait pas. Elle était peut-être vraiment innocente, mais qu’importe, comme il l’avait dit, elle était au moins coupable de complicité, ou alors de profonde naïveté si vraiment, elle ne se doutait pas que toutes les belles choses qui avait été apporté dans son appartements venaient de sources légales. Il pouvait donc se permettre de ne faire la démonstration d’aucune pitié.

Il alla ainsi approcher sa bouche de l’oreille de la jeune femme, glissant ses lèvres par-dessous son lobe, sans pour autant permettre le moindre contact, laissant juste son souffle l’englober pour ensuite se redresser lentement en faisant effleurer ses lèvres sur toute la longueur de sa joue et enfin, au summum se maintenir buste relevé devant elle et plonger son regard borgne dans le siens.

D’un petit mouvement de la pupille, il redirigea son regard vers sa poitrine, bien mis en avant sous le décolleté de sa robe, et comme pour mener à bien une expérience, il renoua le contact entre le bout de ses doigts et le contour inférieur de ses mamelons, pressant un court instant de l’index tout contre sa chair généreuse. Il sourit, satisfait de ce qu’il voyait, excité :

- Oh, mais c’est évident que tout ce que tu as volé sera rendu à son propriétaire. Malheureusement…. Tu n’as pas tout conservé, et même si tu pouvais tout rendre, le vol est un crime qui doit être punie.

Tout en parlant, il fit remonter ses doigts par-dessus le relief de la poitrine de la jeune femme, joueur, il tournoya un court moment autour de la zone de ses tétons pour ensuite s’envoler et lui saisir brutalement le menton, la forçant à plonger son regard dans le siens, tout en même temps qu’il se penchait à nouveau :

- Des problèmes, tu vas en avoir…. Mais bien moins si tu avoues. Ce serait si simple pourtant…. Tu n’as qu’à me dire à quel point tu as pu être une vilaine fille. A quel point tu es désolée.

Il resta un moment face à elle, souriant, goguenard, mais après ce moment de suspension, il relâcha son visage pour alors commencer à faire s’agiter ses doigts près de son épaule, tout près du tissu qui ne demanderait que bien peu d’effort pour sauter :

- Autrement. Je devrais employer de plus grand moyen, pour te faire demander pardon.

Une lueur s’alluma dans son regard. Cela ne faisait pas vraiment parti du protocole, il pouvait juste la ligoter et l’emmener de force au bureau du Kazekage pour qu’elle y reçoive un jugement préliminaire et que de véritables représentants de la justice s’occupe d’elle et du retour des objets volés mais… il avait bien trop envie de jouer avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Lun 21 Déc - 22:33
De mon point de vue, cela pouvait deja commencer à s’apparenter à de la torture. De la douce torture je l’accorde. Mais je n’ai l’impression de ne rien connaître d’autre que mon corps, servant à satisfaire, et j’y ai sans doute pris gout un peu comme une addiction. Le simple contact de ses doigts, s’aventurant sur le contour de mes seins, et remontant jusqu’au niveau du mamelon, me faisait comme de mini décharge électrique dans le haut de mon corps. Mon corps réagissait de lui-même à ce contact. A regret, je ne setis plus ses doigts sur mon opulente poitrine, mais mon visage fut alors dirigé vers le sien assez sèchement. Je ne pouvais bien sur me plongé que dans un seul œil chez lui, mais ce détail importait peu en ce qui me concerne, car le charme, la puissance, l’assurance qu’il dégageait était ce qui importait réellement, et me faisait un certain effe. Enfin, d’après les réactions de mon corps en tout cas.

« Je…Je ne peux avouer…Ce que je n’ai pas commis. Ce n’est pas moi qui ai pris ses objets. C’est… »

Nouveau petit rugissement pour mes joues. Et cette fois, mon regard se détourne alors du sien. Non, je ne peux guère le dire. J’ai moi-même de la peine à y croire, et à comprendre. Alors comment lui pourrait-il comprendre que je ne suis pas seule à disposer de ce corps ? J’avais vraiment chaud en fait, il avait joué avec ma peau, de ses lèvres, son souffle, ses doigts, et je me retrouvais assez fébrile, avec une légère humidité naissante entre mes cuisses sous l’effet de ces caresses, et de cette situation. Oui, contrairement à elle, qui je pense n’aime pas trop ca, je suis assez excitée par un homme qui se montre intéressé par mon corps, et qui me domine. C’est sans doute pathétique dans le fond. Mais je ne peux changer qui je suis non ?

« Et…quels moyens ? Pas…de blessure non ? »

Car ca par contre, je ne suis pas sur d’accepter. Je veux bien faire plaisir, mais je ne veux pas qu’on abime mon corps, mon outil de travail. Autant on pouvait deviner à mon souffle, mon corps qui se mouvait parfois sous lui lorsqu’il avait joué avec, et mon regard surement avant, que je n’étais pas indifférente. Autant là, j’avais une légère crainte de ce qu’il entendait par là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 20/04/2015

Fiche Perso
Disponibilité Rp: Disponible
Orientation Sexuelle: Hétéro
Fantasmes:
Suna no Shinobi





Kazuo Keiichi
Suna no Shinobi
Mar 22 Déc - 0:35
- C'est qui ?

Elle savait qui était le coupable. Il y avait bien un autre coupable, mais elle le couvrait en jouant les innocentes. Ah ! La petite garce !
Un sourire malsain se dessina alors sur ses lèvres et d'une main assuré il positionna la paume de sa main contre la poitrine d'Emi, envoyant ses doigts se glisser par dessous de tissus pour alors, tirer d'un coups sec et déchirer le tissus pour libérer totalement sa poitrine.

Ce qu'il vit alors fit briller son regard. Mais au delà de la convoitise, son désire de punir cette menteuse le hantait plus que tout. L'ensemble de son corps tremblait sous la tension que lui procurait ses volontés sadique, et quand elle parla de blessure, il se mit à rire, à rire tout en empoignant sa poitrine à deux mains pour la malaxer rugueusement et sans interruption :

- Ce que je veux... c'est te faire supplier... alors s'il faut que je te blesse, je le ferais, s'il faut que je te laisse à moitié morte.. ah ah ah !

Il laissa le poids de ses mots et de son rire s'insinuer dans les pensées de la jeune femme alors qu'il se penchait encore contre elle, contre sa poitrine dont il avait fait se dresser les tétons par la pression de ses pouce à leur base. Et ensuite, venir faire passer sa langue tout contre leur sommet, remonter le long de son corps jusqu'à sa gorge en tracant un sillon de salive pour ensuite lui mordiller l'arête de sa machoire :

- Je le ferais...

Il y eu un nouveau instant d'immobilité, comme pour laisser le temps à la voleuse d'émerger, de réagir, mais aussitôt ses mots prononcés, la tempête serait libérée et le restant de sa robe se verra déchiré pendant qu'elle se retrouvera à quatre pattes.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Hentai :: Histoires v1-
Sauter vers: